Association du patrimoine

Sur les pas des Illustres et de l’impressionnisme, à Auvers-sur-Oise

Auvers-sur-Oise est indissociable du très célèbre Vincent Van Gogh qui y a vécu 70 jours, du 20 mai au 29 juillet 1890, chambre n°5, auberge Ravoux (classée monument historique en 1984), où il s’est donné la mort. Durant cette période, il a réalisé 78 peintures et une gravure dont le célèbre portrait du docteur Gachet.

Isabelle Mézières, maire d’Auvers-sur-Oise et Gérard Jouhet collectionneur et prêteur pour les expositions 2018 : Impressions marines au Musée Daubigny et Melancholia chez le docteur Gachet

Mais l’histoire du village ne se réduit pas à Vincent Van Gogh, elle est liée à celle des impressionnistes. Avec sa ligne de chemin de fer inaugurée le 14 juin 1846, Auvers n’était plus qu’à une heure de Paris pour les artistes en quête de nature et d’une nouvelle lumière.

En 2017, on y célébrait le bicentenaire de la naissance de Charles-François Daubigny précurseur des impressionnistes, en redonnant vie au bateau-atelier le Botin qui attend les autorisations pour pouvoir naviguer. L’artiste a séjourné 18 ans à Auvers où il avait fait construire sa maison-atelier. Avec ses amis Corot et Daumier, ils en ont décoré les murs.

Maquette du second bateau Bot(t)in de Daubigny. Le premier Botin dont on peut voir également la maquette exposée à la maison-atelier n’avait pas de voile, uniquement la cabine atelier.

En 1857, Il avait aménagé  le Botin, pour peindre au fil de l’eau, sur l’Oise, l’Aisne, l’Yonne et la Seine, allant jusqu’à Honfleur. La côte normande vers Villerville, la côte bretonne, les bords de mer, Daubigny les a peints, avec son fils Karl. Ils ont fréquenté comme Camille Corot, Jongkind, Gustave Courbet, la ferme Saint-Siméon découverte par Eugène Boudin sur les hauteurs d’Honfleur. Elle a été le rendez-vous des écrivains tels Charles Baudelaire ou les frères Goncourt et des peintres à la recherche de nouveaux paysages, de cette  lumière si particulière qu’on trouve en Normandie. Selon l’expression de Baudelaire, elle met l’artiste face à « des beautés météorologiques ».

Plaque posée sur la maison-atelier du peintre;

Le Musée Daubigny, installé dans le Manoir des Colombières, rue de la Sansonne, présente, du 24 mars au 26 août 2018, une grande exposition intitulée Impressions marines. Elle réunit plus de 80 œuvres, grâce à des prêts de collectionneurs privés et d’institutions, des toiles des Daubigny père et fils, de Corot, Boudin, Courbet ou encore de Delâtre, peintre, graveur, imprimeur ami du docteur Gachet et des impressionnistes.

La mort en fourrure, aquatinte en couleur, allégorie de la Syphilis (vers 1897), par Delâtre (Coll. Gérard Jouet)

Melancholia, chez le docteur Gachet

Rachetée en 1996 par le Conseil départementale du Val d’Oise, ouverte au public depuis 2003, la maison du docteur Gachet offre pour cette nouvelle saison culturelle l’exposition  Melancholia ; art et psychiatrie au XIXe siècle.

Le docteur avait soutenu une thèse sur la mélancolie, véritable maladie du XIXe siècle. Il était passionné par les médecines parallèles, homéopathie, phytothérapie, psychiatrie notamment les maladies nerveuses. A l’époque Charcot pratiquait l’hypnose et l’électricité commençait à être utilisée. Les traitements reposaient essentiellement sur l’hydrothérapie et l’isolement. Son ami Camille Pissarro lui présenta Paul Cézanne ainsi qu’Armand Guillaumin. Il a soigné Daumier, Manet et André Gill qu’il fera interner à Charenton. Théo Van Gogh lui demanda de recevoir son frère Vincent.

La presse du Docteur Gachet. Dans cette salle sont réunis des impressions choisies par l’expert et collectionneur Gérard Jouhet.

Le docteur était lui-même artiste pratiquant la peinture, la gravure, le dessin avec notamment une série sur les folles de La Salpétrière présentée ici. Ami du peintre, imprimeur et graveur Delâtre, il a grâce à lui fait l’acquisition d’une presse que l’on peut voir et sur laquelle les artistes qui fréquentaient la maison ont réalisé des tirages.

Le musée de l’absinthe, des objets, des dessins de presse, des tableaux

La fée verte, l’absinthe avait un vif succès au XIXe siècle. En Algérie, les colons utilisaient cette boisson pour vaincre la malaria et la dysenterie. Accusée de provoquer de graves intoxications, et d’être à l’origine de la folie de certains artistes de l’époque comme Van Gogh, André Gill, Toulouse-Lautrec, elle sera interdite en 1915. Le musée de l’absinthe, rue Callé, vous en apprendra davantage sur son histoire et le rituel lié à sa consommation.

Trois maisons d’illustres, Daubigny, le Docteur Gachet, Émile Boggio 

Camille Pissaro, élément d’une des projections 3D Vision Impressionniste à découvrir au château.

Auvers-sur-Oise propose, du 24 mars au 4 novembre, de découvrir le village Sur les pas des Illustres, aux sources de l’impressionnisme. Un parcours qui passe par trois maisons d’illustres, celle de Daubigny, du Docteur Gachet et d’Émile Boggio. Créé en 2011 par le ministère de la Culture, le label « illustre » signale les lieux dont la vocation est de conserver et transmettre la mémoire de femmes et d’hommes qui se sont illustrés dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France. Le label est attribué pour 5 ans renouvelables.

Gustave Loiseau, Barque sur l’Oise, à Saint-Ouen -L’Aumône ; premier quart du XX siècle à voir au château (collection du conseil départemental du Val d’Oise).

Delphine Travers chargée de mission Patrimoine au sein du département du Val d’Oise. Elle veille sur le château d’Auvers et assure la direction de la maison du Docteur Gachet.

Le Château, rue de Léry, racheté en 1987 par le département du Val d’Oise et inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1997, a ouvert en 1994.

Depuis octobre 2017, un nouveau parcours est en place « Vision impressionniste », en huit salles.

Il a été mis en scène pour une immersion sensorielle totale avec des projections en vidéo mapping (murs, sol, plafond) entrecoupées d’expositions de tableaux. Se succèdent Le Pari(s) impressionniste, Voyage vers la lumière, Auvers et la vallée de l’Oise territoire de lumière, Les peintres d’Auvers, L’atelier du peintre, Le postimpressionnisme, Cézanne précurseur du cubisme, Monet aux sources de l’abstraction boucle ce voyage.

Voyage dans le postimpressionnisme

Retour au présent avec la galerie d’art contemporain, rue du Montcel, véritable cité d’artistes ouverte voici plus de 25 ans. Elle accueille toute l’année des visiteurs. Le collectif d’artistes plasticiens GRAP’s y propose, expositions, conférences, rencontres et ateliers.

Trains avec changements en semaine. Train direct uniquement les Week-ends et jours fériés au départ de gare du Nord (7 avril – 28 octobre 2018) Paris 9h38- Arrivée à 10h26 /Retour à 18h32- Arrivée à Paris à 19h05.

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires