Manifestations culturelles actuelles à Paris

Connaissez-vous le dessinateur Romanin? L’artiste Jean Moulin?

Jean Moulin entre 1920-1922, à Montpellier.

Jean Moulin entre 1920-1922, à Montpellier.

Pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance de «Redécouvrir Jean Moulin», l’exposition consacrée à la face peu connue du grand Résistant  qui était aussi un amateur d’art, collectionneur, artiste, galerie, est prolongée jusqu’en août prochain. Devenu haut-fonctionnaire, il a poursuivi ses activités artistiques sous le nom de Romanin.

Vous découvrirez ses dessins, peintures, affiches, dans le cadre de cette exposition présentée au Musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris-musée Jean Moulin qui se trouve sur la dalle-jardin au-dessus de la gare Montparnasse, à Paris 15e (Métro : Montparnasse).

Il est préfet à Chartres, à l’arrivée des Allemands. En 1940 (il sera révoqué le 2 novembre 1940), il refusera de signer un protocole accusant les troupes sénégalaises qui ont défendu Chartres d’atrocités, meurtres et viols sur la population civile et tentera de se donner la mort, gardant autour du cou une vilaine blessure que cacheront foulards et écharpes.

Carton d'invitation de l'inauguration de la galerie Romanin.

Carton d’invitation pour l’inauguration de la galerie Romanin.

Devenu chef de la Résistance en France, délégué du général de Gaulle, il est basé à Saint-Andiol.  La galerie Romanin est inaugurée à Nice le 9 février 1943. Il collectionne des tableaux, en particulier les œuvres de Soutine, Dufy, Friesz… Joseph Marchand, Jacques Martel, décorateur, peintre et galerie sont les couvertures qu’il a choisi. C’est sous la fausse identité de Jacques Martel qu’il est arrêté à Caluire (Rhône), le 21 juin 1943.
Il a dessiné dès l’enfance pratiquant diverses techniques, et gardant un œil critique, caustique et humoristique, il sera membre de la société des dessinateurs humoristiques. Sous le nom de Romanin, il publie caricatures et dessins. Ils croquent les politiques. Ses dessins sont publiés dans Le Rire, Gringoire, le Journal amusant, Candide …Lors de son séjour en Bretagne (1930-1933) comme sous-préfet de Chateaulin, il découvre grâce à Max Jacob et Saint-Pol-Roux: Tristan Corbière. Il illustrera sa suite de poèmes « Armor » de huit eaux-fortes. Et plus tard, ses messages codés pour Londres utiliseront comme clé quatre vers extraits de la « Rapsodie foraine » écrite par le poète.

Exposition "Armor" à Nantes en 1935.

Exposition « Armor » à Nantes en 1935.

Photos et documents : Musée du général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris- musée Jean Moulin EPPM – Collection Escoffier-Dubois

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires

Recherche