Manifestations culturelles actuelles à Paris

Musée de Montmartre : après le décor de cinéma, retour vers un artiste peintre

29 novembre 2017

Le peintre Kees Van Dongen occupera le coeur d’une exposition qui sera présentée en 2018, ci-dessus sa toile Montmartre, le Sacré-Cœur, 1904 (huile sur toile, 81 x 65cm, NMNM Nouveau Musée National de Monaco).

Montmartre a servi de décor aux films de Marcel Carné, Ernst Lubitsch, Julien Duvivier, Jean Renoir, François Truffaut, Claude Lelouch, Jean-Pierre Jeunet, Michel Gondry et d’autres… Un plan du quartier est placé à l’entrée de l’exposition afin que vous vous repériez, d’un film à l’autre.

Avant donc de découvrir, en février prochain, l’exposition Kees Van Dongen, ne manquez pas au Musée Montmartre, décor de cinéma. La scénographie réunit un ensemble de documents exceptionnels, des extraits de films, des évocations de décors, des affiches originales, des dessins préparatoires, des maquettes, des costumes et des scénarii. L’exposition se terminera le 14 janvier 2018. Il reste encore un peu de temps pour en profiter. Le musée est ouvert tous les jours et toute l’année.

Une nouvelle exposition est donc en préparation.

Après le cinéma, place au peintre Van Dongen

Les deux commissaires de la prochaine exposition Anita Hopmans spécialiste de Van Dongen (RKD, La Haye) et Saskia Ooms responsable de la conservation (Musée de Montmartre), en compagnie de Kléber Rossillon le repreneur du musée. Dès 2011, ce dernier a redonné vie à l’établissement. Depuis l’ouverture des nouveaux espaces, en 2014, il s’attache à en augmenter la fréquentation, avec les expositions et des animations. (Photo : Dominique Germond)

De gauche à droite, Van Dongen, Fernande, Picasso, Apollinaire et Max Jacob réunis aux Enfants de la Butte, rue des Trois Frères, le café tenu par Azon. illustration pour le livre de Roland Dorgelès Au beau temps de la Butte, 1949. (collection Gérard Jouhet)

Dans le cadre de la saison culturelle néerlandaise en France « Oh ! Pays-Bas », le Musée de Montmartre consacrera une exposition au peintre néerlandais qui avait pris la nationalité française Kees Van Dongen (1877-1968), du 16 février au 26 août 2018, intitulée : Van Dongen et le Bateau-Lavoir.

Dans les premières années du XXe siècle, le Bateau-Lavoir s’affirme comme le berceau de l’art moderne.

Les artistes s’y retrouvent autour de ceux qui y résident, de ceux qui y ont leur atelier, avec les visiteurs, les solliciteurs, quelques marchands, éditeurs et écrivains. Les fêtes y sont nombreuses dans un esprit libre et bohême car l’argent n’est pas toujours au rendez-vous.

Kees Van Dongen fréquenta les artistes du Bateau-Lavoir bien avant d’y avoir son propre atelier côté place, à l’époque où il habitait impasse Girardon avec Guus qu’il a épousé à l’église Saint-Pierre de Montmartre.

Il deviendra un familier de Picasso partageant son goût pour le cirque et ses artistes qu’il va peindre, mais, il y fera également de nombreux croquis que l’on pourra découvrir dans cette exposition.

Kees Van Dongen, Les lutteuses de Tabarin, 1908, (Huile sur toile, 150,5×164 cm, NMNM Nouveau Musée National de Monaco)

Si Picasso a peint au Bateau-Lavoir les Demoiselles d’Avignon, Van Dongen va à son tour peindre les lutteuses de Tabarin. Leur image de la femme est différente.

Kees Van Dongen, portrait de Madame Marie-Thérèse Raulet, vers 1925-1930 (Huile sur toile, 1°° x 81 cm, Caen, musée des Beaux-Arts)

Cette exposition nous présentera le Montmartre des premières années du XXe siècle.

La vision d’un peintre qui aimait Paris et la vie au sein d’un cercle artistique dont il veillait à se démarquer.

Entre Picasso et Van Dongen, il y eu des échanges, des oppositions, une manière différente d’appréhender la relation avec les modèles.

Cette exposition nous propose une histoire plus personnelle. Elle met en avant la dimension humaine de l’artiste, sa vie à Montmartre. Elle vous sera bientôt racontée au Musée de Montmartre, rue Cortot.

Kees Van Dongen, Moulin-Rouge ou le Promenoir (Au café), vers 1904 (Huile sur toile 30×43 cm, collection Plaussu, courtes Galerie de la Présidence, Paris)

A découvrir, à partir du 16 février et jusqu’au 26 août 2018, 7 jour sur 7, de 10h à 18h d’octobre à mars, puis 10h-19h d’avril à septembre).

(Entrée : 12 € –  18-25 ans : 9 € –  handicapés : 8,50 € –  10-17 ans : 6 € –  gratuit pour les moins de 10 ans. Visite guidée le samedi et le dimanche à 15h : 18 €)

Vous serez peut-être intéressés par :

février 2015 : A Montmartre, le nouveau musée restitue l’esprit de la Butte

ou quelques expos comme :
12 novembre 2015 : Valadon, Utrillo & Utter de retour rue Cortot

12 septembre 2013 : Impressions à Montmartre avec Eugène Delâtre et Alfredo Müller

15 novembre 2013 : Quand Gérard Jouhet nous présente l’imprimeur Eugène Delâtre

 

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires