Livres et chroniques sur Paris

Mallarmé – Morisot, correspondance 1876-1895

Le Musée National des Beaux-Arts du Québec, le MNBAQ présente, du 21 juin au 23 septembre 2018, la première exposition consacrée au Canada à Berthe Morisot. A Paris, le Musée d’Orsay  prépare  une grande exposition pour l’été 2019.

La nouvelle édition de sa correspondance avec Stéphane Mallarmé arrive à point nommé pour en apprendre davantage sur cette artiste qui a peint tant de scènes intimes et personnelles.

Tenace, persévérante, elle demeure celle qui a osé exposer la première avec les Impressionnistes. Elle sera connue et désormais reconnue dans un univers difficile d’accès aux femmes en cette fin de XIXe siècle. Elle aura été la seule femme à participer à la première exposition des Impressionnistes dans les ateliers de Nadar, boulevard des Capucines, en avril 1874.

 

Berthe Morisot, une première exposition au Canada à Québec

De nouvelle illustrations inédites, de nouveaux textes, dont un poème de Henri de Régnier sur Berthe Morisot, complètent cette édition. Les lettres ont été réunies et annotées par Olivier Daulte et Manuel Dupertuis qui publièrent une première édition en 1995.

Commencée en 1876, la correspondance échangée entre Stéphane Mallarmé et Berthe Morisot est devenue régulière à partir de 1886.

A la lecture de ces lettres, on découvre leur intimité ainsi que la profonde et indéfectible amitié qui s’est nouée entre ces deux grands créateurs. On retrouve des nouvelles de leurs amis peintres, Auguste Renoir, Claude Monet, Edgar Degas, l’Américaine Mary Cassatt*. Ils se réunissaient le mardi chez Mallarmé, rue de Rome. Le jeudi était le jour de réception de Berthe Morisot, Madame Berthe Manet, qui habitait après son mariage avec Eugène Manet, rue Guichard, à proximité du bois de Boulogne.

Comptes rendus d’expositions, notes de voyage, de séjours à la campagne, invitations à dîner, cette correspondance, de plus de 100 lettres, n’a pris fin qu’à la mort de Berthe Morisot, le 2 mars 1895, 10 rue Weber où elle avait emménagé et installé son atelier après le décès de son mari. Avant de mourir, elle prit soin de nommer Mallarmé, tuteur de sa fille Julie.

Denis et Annie Rouart ont fait, en 1993, un important leg au Musée Marmottan (Paris 16e).

*Une grande exposition consacrée à Mary Cassatt est à découvrir, jusqu’au 23 juillet 2018, au Musée Jacquemart-André, Boulevard Haussmann.

168 pages au format, illustrations en noir et blanc ; 3eédition publiée par la Bibliothèque des Arts, Lausanne. Composition : TransfoTexte, Lausanne ; Photolitho : Villars Graphic, Neuchâtel ; impression et brochage : La Source d’Or, Clermont-Ferrand ; Production : Olivier Attinger à Corcelles, NE. Prix : 19 euros

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires