Association du patrimoine

Le prix Jean Vigo 2017 au Centre Pompidou

Bernard Blistène, directeur du MNAM

Lundi 12 juin 2017. Bernard Blistène, fils du réalisateur Marcel Blistène, directeur du Musée National d’Art Moderne a rendu hommage à Luce Vigo décédée le 12 février dernier à Paris.

La fille de Jean Vigo était la marraine de l’Institut et a œuvré sans relâche pour le prix créé en 1951 à l’initiative de Claude Aveline.

Une Association du prix Jean Vigo a été créée en 1991 sous l’impulsion d’Agnès Varda.

La remise du prix se fait depuis une quinzaine d’années au Centre Pompidou.

Jean Vigo est décédé en 1934. Il avait 29 ans. Le réalisateur défendait un cinéma social, documenté « …Le but sera atteint si on arrive à révéler la raison cachée d’un geste, à extraire d’une personne banale et de hasard, sa beauté intérieure ou sa caricature, si l’on parvient à révéler l’esprit d’une collectivité d’après une de ses manifestations purement physiques…. »  (extraits de http://www.prixjeanvigo.fr/jean-vigo)

Gérard Vaugeois, secrétaire général du prix Jean Vigo

Il a réalisé quatre films dont un film censuré Zéro de conduite (1933) et un film mutilé l’Atalante (1934).

La musique de Maurice Jaubert qui avait écrit également celle de Zéro de conduite a été remplacée par la chanson Le chaland qui passe, le succès de Lys Gauty.

Depuis 1960, deux Prix Jean Vigo sont décernés annuellement : l’un à l’auteur ou aux auteurs d’un film de long métrage, l’autre à l’auteur ou aux auteurs d’un film de court métrage.

 

Les prix ont été remis par l’actrice Agathe Bonitzer.

Pour débuter la soirée, une séquence de Le Havre (2011) d’Aki Kaurismäki a été projeté. Un moment d’émotion pour l’assistance car on y voit Luce Vigo qui y faisait une apparition amicale.

André Wilms, l’acteur fétiche du réalisateur finlandais

 

Vigo d’Honneur

 

Cette année un Vigo d’Honneur a été attribué au Finlandais Aki Kaurismäki pour « un cinéma social et poétique à nul autre pareil ».

Son dernier film sorti en mars « De l’autre côté de l’espoir » est une fable humaniste sur le sort des migrants en Finlande.
L’auteur absent était représenté par le comédien et metteur en scène André Wilms qui a déclaré : « Restons sur nos deux pieds. Gardons la tête haute. »

Court métrage

L’acteur Jean-Benoit Ugeux et le réalisateur Emmanuel Marre

Ce prix a été décerné à Emmanuel Marre pour Le Film de l’été, une oeuvre âpre et tendre qui évoque les vacances, les pauses sur l’autoroute, les pique-niques, les rencontres. Le réalisateur a fait venir à ses côtés son acteur Jean-Benoit Ugeux.

Long métrage

Prix Jean Vigo 2017 du long métrage : Mathieu Amalric

Le prix a récompensé un auteur qui est aussi un acteur habité le cinéaste Mathieu Amalric pour Barbara présenté en ouverture d’un Certain Regard, le 18 mai dernier à Cannes. L’actrice Jeanne Balibar nous fait toucher du doigt l’expression « être habitée par un personnage ». Son jeu se nourrit de documents d’archives, d’enregistrements et la ressemblance se fait de plus en plus puissante. Mathieu Amalric recevant le prix a évoqué la mutilation de « l’Atalante ». Alors son film Barbara, il l’a voulu vigilant, respectueux «  sans la piller » même si, il y avait « un manque qui crée une étape de projection, de rêve ». Il nous révèle une vraie fascination pour la grande dame en noir disparue en 1997, ses chansons, sa blessure. La mise en abyme, le film dans le film nous ramène à la réalité « le manque ». A découvrir en salle le 6 septembre 2017.

 

 

 

 

à suivre

Bande annonce et extraits (Mathieu Amalric)

 

 

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires