Droit et justice

Jeanne d’Arc invitée au Musée du Barreau de Paris

CouvC Jeanne dArc 1reLe 12 avril 2016, le conservateur du musée du Barreau de Paris Emmanuel Pierrat avait choisi pour la conférence mensuelle baptisée audition contradictoire l’ouvrage de l’avocat Jacques Trémolet de Villers :
Jeanne d’Arc, le procès de Rouen (21 février – 30 mai 1931) publié aux Belles Lettres.
Rappelons qu’après le procès, les minutes ont été soigneusement, recopiées en français et traduites en latin. Elles permettent ainsi de plonger au cœur de ce procès en hérésie que l’auteur a choisi de commenter avec passion. Dans le rôle du contradicteur était invité le magistrat Philippe Bilger.
Le conservateur du Musée profitait de l’actualité pour interroger l’auteur sur le retour de l’anneau de Jeanne en France (voir ci-dessous l’extrait en vidéo consacré à cet épisode).

Jugement de l’université de Paris (Sorbonne)

Jacques Trémolet de Villers

Jacques Trémolet de Villers

L’auteur a souligné que dans ce procès sans appel, tout est injustice, opposition entre légitimité et légalité, authenticité et apparence. «Chez Cauchon, on trouve tous les traits du mauvais juge.»
Ce procès en hérésie conduit par Pierre Cauchon évêque de Beauvais ancien recteur de l’université de Paris, débute le 21 février 1431 à Rouen. L’université de Paris (Sorbonne) alors à la solde des Bourguignons, rendra son avis, Jeanne est notamment « coupable d’être schismatique, menteuse, devineresse, suspecte d’hérésie, errante en la foi, blasphématrice de Dieu..»Jeanne en appellera au Pape, ce qui sera ignoré par ses juges qui se sont trouvés face à « une jeune fille visitée par les anges ». L’auteur a été sensible à la qualité de son langage, « à la densité de ses phrases ». Elle qui affirmait : « je ne sais ni a ni b ». Il nous a pris par la main et menés dans la salle d’audience.

Elle voulait libérer Paris des Anglais

Philippe Bilger

Philippe Bilger, dans le rôle du contradicteur

Jeanne d’Arc a 19 ans lors du procès. Elle serait née le jour de l’Epiphanie, le 6 janvier 1412 à Domrémy, aujourd’hui en Lorraine.
Dès 12/13 ans, elle dit avoir entendu les voix de Saint Michel, Marguerite d’Antioche et Sainte Catherine qui lui donnent pour mission de délivrer la France de l’occupation Anglaise. A 16 ans, son oncle Laxar la conduit auprès de Robert de Baudricourt capitaine de la forteresse de Vaucouleurs. Une prophétie locale voulait qu’une pucelle des Marches de Lorraine sauve la France, elle est investie d’une mission, elle doit rencontrer Charles VII. Cette rencontre va renverser le cours de la guerre de cent ans. A la tête de l’armée, présentée soit comme son étendard soit comme une tacticienne, en chef de guerre Jeanne la conduite de victoire en victoire. Le siège d’Orléans en demeure l’épisode le plus célèbre fêté chaque année, depuis six siècles (en 2016, du 29 avril au 8 mai). Elle a fait sacrer le roi à Reims.

Rue Saint-Honoré à Paris, médaillon de Maxime Real del Sarte rendant hommage à Jeanne d'Arc blessée porte Saint-Honoré. (voir notre livre Paris, d'un mur à l'autre)

Rue Saint-Honoré à Paris, médaillon de Maxime Real del Sarte rendant hommage à Jeanne d’Arc blessée porte Saint-Honoré. (dans notre livre : Paris, d’un mur à l’autre)

Contre l’avis du roi qui désormais va chercher à faire la paix avec les Bourguignons, elle voudra délivrer Paris. Elle conduira l’attaque et sera blessée, porte Saint-Honoré. Le roi a dissous son armée. Mais, elle va poursuivre les combats. Blessée à plusieurs reprises, elle sera capturée à Compiègne en 1430 et vendue aux Bourguignons. Elle se défendra seule à la barre « avec force, sincérité et humour » reculant l’issue du procès, car elle se sait condamnée au bûcher.

 

 

1aSans titre-1

 

 

Partenaire de la GBD150 pix gbd

 

 

Voici quelques précisions sur Le retour en France de l’anneau de Jeanne , production Les Nautes de Paris

l’Intégrale

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires