Danse

En prélude à la section chorégraphie, Jiri Kylian entre sous la Coupole

Après Maurice Béjart (élu en 1994) et le mime Marcel Marceau (élu en 1991) qui ont été des membres libres de l’Académie des beaux-arts.
Le nouveau membre de la section des associés étrangers, le danseur et chorégraphe tchèque Jiri Kylian marque le retour de cet art illustré par l’univers symbolique de son épée.
(Photo ci-dessus : Académie des beaux-arts)

«Une toute petite sculpture qui pourrait passer pour une création de Matisse ou Picasso, créée il y a 5500 ans en Egypte…découverte par Henri de Morgan, en 1907… antérieure à la période prédynastique… avant les pyramides et les hiéroglyphes… la statuette représente une danseuse connue sous le nom de la « Dame Oiseau »… La tête ressemble à un bec et ses bras font penser à des ailes (…) »  Nous dit-il.

Danse et chorégraphie sont de retour sous la Coupole avec cette épée


Elle a été placée sur des ailes en métal afin qu’elle « puisse prendre son envol vers de nouvelles aventures. » Celles-ci racontent une histoire singulière. Ces ailes d’oiseau qui ont été scannées appartenaient à un pinson tombé mort aux pieds de l’artiste alors qu’il était allé voir un collectionneur d’animaux empaillés pour y trouver un modèle de petites ailes. 

Ainsi donc, Les Nautes de Paris attendent avec impatience de connaître les quatre premiers chorégraphes français de la nouvelle section, créée le 9 octobre 2018. Comme le souligne le secrétaire perpétuel Laurent Petitgirard « La chorégraphie est un acte de création. Un art majeur qui a sa place dans notre Académie. » Il a annoncé que les candidats ont jusqu’au 27 mars 2019 pour envoyer leur lettre. Le choix des Académiciens sera connu le 24 avril. 

Hughes R. Gall membre libre a prononcé le discours d’installation.
(de g à d. Laurent Petitgirard secrétaire perpétuel, Pierre Caron président et Jean Anguera vice-président)

Le 13 mars 2019, Jiri Kylian, élu membre associé étranger au fauteuil qui a été occupé par le peintre italien Leonardo Cremonini, a été installé sous la coupole de l’Institut de France par Hughes R. Gall, de la section des membres libres. 

Celui-ci a rappelé, ses études à Londres au Royal Ballet School, son retour dans son pays natal avant son départ en 1968 pour Stuttgart avec John Cranko, il y restera 10 ans. Puis c’est  la Haye avec Glen Tetley au Nederlands Dans Theater. Le NDT, il y restera 34 ans, avec sa compagne Sabine Kupferberg venue de Stuttgart. Il y créera un NTD II pour la formation des jeunes danseurs  et un NTD III, une petite compagnie de danseurs de plus de 40 ans.  « Vous pensez la danse comme l’expression humaine élémentaire ». Il s’imprégnera, entre autres, des danses et rituels des aborigènes d’Australie.

« Elle vous est nécessaire « Piu che l’aria che spiral »; plus que l’air que vous respirez

Il a exploré de nouveaux chemins comme le cinéma toujours avec sa compagne.

Il tournera, notamment, Car-men, une variation sur l’héroïne de Bizet. Sabine Kupferberg est sa Muse. « Sabine vous fascine : son rare talent de danseuse, ses qualités de comédienne, son incroyable capacité de métamorphose, qui passe du tragique à la drôlerie la plus folle… font d’elle plus qu’une partenaire ou qu’une compagne : elle vous est nécessaire.»

L’intermède musical avec Les Arts Florissants dirigés par l’académicien William Christie. Ils ont interprété des extraits d’Opéra de Henry Purcell.
Danse : Sabine Kupferberg (costume de Joke Visser et Jiri Kylian; maquillage Sara Meerman)

Après les discours, l’intermède musical un moment plein d’émotion.

Caroline de Monaco, princesse de Hanovre lui remet son épée

Un moment fort, lors de l’installation du nouvel académicien.

En 1993, la Princesse avait nommé à la tête de la compagnie des Ballets de Monte-Carlo Jean-Christophe Maillot.
Il compose de nombreux ballets originaux et invite les plus importants chorégraphes internationaux, dont Jiri Kylian, le célèbre chorégraphe tchèque à la tête du Nederlands Dans Theater. En 2016, le programme anniversaire célébrant les 30 ans des Ballets de Monte-Carlo a été peaufiné avec Jiri Kylian.

Son discours se fait mouvement

Concluons sur ces mots de Jiri Kylian : « La vie est le mouvement, le mouvement est la danse, la danse est la vie. Elle est la forme d’art la plus fugitive et la plus vulnérable, car elle vit et meurt au moment de sa création. Mais elle est aussi la compagne la plus fidèle de notre vie… La danse est le langage de notre corps. Elle révèle l’état de notre être, notre état d’esprit. »

Comme Sabine Kupferberg éloignons nous sur la pointe des pieds.

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires