Manifestations culturelles actuelles à Paris

Barbet Schroeder entre haine et amour, rétrospective au Centre Pompidou

Demandez le programme!

Du 21 avril au 11 juin 2017, le centre Pompidou (Paris 4e) présente une rétrospective intégrale de l’œuvre de Barbet Schroeder (films et documents mais aussi les films produits et joués). Tous ses films seront donc projetés y compris le dernier qui sortira en salle Le 7 juin : « Le vénérable W » (en avant première, le jeudi 1er juin, 20h, cinéma 1).

Le vendredi 21 avril en ouverture, nous avons pu assister à la projection de deux films du cinéaste en sa présence.

Où en êtes-vous, Barbet Schroeder ? un essai inédit de 13 minutes sur une musique de Jorge Arriagada, une commande du Centre Pompidou qui accompagne la rétrospective et vient compléter la collection : Où en êtes-vous?

Le cinéaste y pointe du doigt la naissance de la haine avec l’exemple personnel d’un élément déclencheur; le 15 décembre 2012 il est confronté à la destruction à tout jamais : «  d’un des lieux les plus chéris de son enfance et de son adolescence. » Le philosophe Bernard Pautrat lui apporte son éclairage sur l’opposition haine et amour. Il souligne que pour Spinoza « la haine ne peut jamais être bonne. » Alors pour faire disparaître la haine, le cinéaste a senti que pour lui : «  il était temps de revisiter sérieusement le Bouddha. Il avait toujours été pour moi le dernier refuge, puis avec les ans la dernière illusion. » (2e projection le jeudi 1er juin 20h cinéma 1 en introduction à : « Le vénérable W », 2017).

Barbet Schroeder sera au rendez-vous. Il a tourné d’Ibiza jusqu’en Nouvelle-Guinée, aux Etats-Unis, en Asie, en Europe.

La Vierge des Tueurs

Pour nous la séance s’est poursuivie avec « La Vierge des tueurs » dont le scénario a été écrit par Fernando Vallejo d’après un de ses romans (musique : Jorge Arriagada). Une idylle entre un vieil écrivain et un jeune tueur tournée en 2000. « Je travaillais alors aux Etats-Unis. J’ai eu envie de retourner dans le pays de mon enfance, en Colombie» nous a précisé le cinéaste. Là sévissent une violence hallucinante et une absence totale de préjugés. « Nous y avons fait le casting…  Nous avons tourné sans assurance en 37 jours dans 55 lieux différents de Medellin avec des gardes du corps ».

La technique utilisée, le numérique haute définition en était à ses débuts. Une première à l’époque « la régie était dans une camionnette ». Le film a du être transposé sur une pellicule 35mm pour être diffusé en salle. Pour le cinéaste, la vidéo offrait une image plus nette à tous les niveaux et lui permettait de faire figurer la ville dans tous les arrières plans. C’était un choix esthétique. Le cinéaste a redécouvert avec plaisir la version originale en vidéo HD (prochaine projection le samedi 3 juin 20h cinéma 1).

More est le premier film de Barbet Schroeder tourné en 1969, format original 35mm. Acteurs Mimsy Farmer, Klaus Grünberg, Heinz Engelmann, Michel Chanderli. Musique : Pink Floyd. Restauré en 2015 (à voir dimanche 30 avril 15h cinéma 1 et samedi 20 mai, 20h, cinéma 1)

Le cinéaste Barbet Schroeder né en 1941 à Téhéran d’une mère allemande, d’un père Suisse a vécu enfant en Colombie et découvert le cinéma à Paris à la Cinémathèque.

Bulle Ogier a joué dans La Vallée tourné en 1972 en Nouvelle-Guinée, chez les Papous ( à voir vendredi 19 mai, 20h, cinéma 2).

En 1963, il fonde avec Eric Rohmer les films du Losange qui produira notamment en 1965 en son direct, le film couleur 16mm  « Paris vu par… » ; six quartiers vus chacun par un des six jeunes réalisateurs, Jean Douchet : Saint-Germain-des-Prés, Jean Rouch : Gare du Nord, Jean-Daniel Pollet : Rue Saint-Denis, Eric Rohmer : Place de l’Etoile, Jean-Luc Godard : Montparnasse-Levallois, Claude Chabrol : La Muette (projection le samedi 27 mai à 17h, cinéma 2, en présence du cinéaste).

A noter: Le Vénérable W (2017) marquera le troisième volet documentaire de la Trilogie du Mal entamée avec Général Idi Amin Dada : autoportrait, 1974 (à voir samedi 6 mai et vendredi 2 juin, 20h, Cinéma 2). Il a été suivi du second volet : L’Avocat de la terreur, Le parcours de Jacques Vergès, 2007 (à voir samedi 3 juin, 17h, Cinéma 2).

 

 

 

 

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires