Livres sur Paris

« Abris souterrains de Paris », par Gilles Thomas

Avril 2017. Remontons le temps.

3 mars 1942, au soir. Un bruit de sirènes précède des bruits d’avions qui se rapprochent, les sabots en bois claquent sur la chaussée.

On se précipite vers l’abri le plus proche. Le chef d’îlot veille avec ses suppléants.

Les portes des appartements claquent. On descend à la cave armé d’une lampe de poche et de quelques objets dont on ne veut pas se séparer.

Dans les étuis des masques à gaz, une bouteille remplie d’eau potable a été glissée. Il y a longtemps que les masques, distribués en mars 1939, sont au fond des placards. Ils servent à transporter bien d’autres choses.

Abris de la Première Guerre mondiale (Doc: Les Nautes de Paris)

 

Gilles Thomas, grand spécialiste des sous-sols parisiens, nous emmène  à la découverte des « Abris souterrains de Paris; refuges oubliés de la Seconde Guerre mondiale », avec son dernier livre publié chez Parigramme.

Après avoir lu ce premier ouvrage sur le sujet, vous regarderez votre cave d’une manière différente.

Depuis la fin de la première guerre mondiale, Paris redoutait de nouvelles attaques aériennes. L’arme chimique faisait peur. Durant les années 1930, la défense passive est mise en place en région parisienne. Tous les immeubles ont leurs sacs de sable qui serviront pour les barricades lors de la Libération ; 40 378 abris vont être aménagés, d’abord dans les caves qui le permettent et dans les stations de métro dont la liste est diffusée.

Lors de l’exposition universelle de 1937, rebaptisée Exposition internationale des Arts et des techniques appliquées à la vie moderne,  différents modèles d’abris étaient présentés : individuel, familial ou collectif. Il y aura aussi des tranchées bétonnées dans les parcs, les jardins, les espaces verts. Il reste des traces que l’auteur a retrouvées.

Renforts métalliques et poutrelles.

Les administrations, des établissements privés, quelques groupes d’immeubles vont avoir des abris étanches au gaz ; 350 sont en place au début de la guerre. Il y aura aussi quelques postes de secours sanitaires. Des PSS (29 en 1939) seront construits en sous-sol sous des hôpitaux, des mairies, des établissements scolaires.

Ce petit livre nous propose de nombreuses illustrations inédites, cependant les plans auraient mérité un format plus grand.

144 pages brochées, couvertures à rabats ; photographies de Diane Dufraisy-Courand et de nombreux documents. Edité par Parigramme/Compagnie parisienne du Livre, 131 Bd de Sébastopol, Paris 2e. Imprimé par la SEPC (Péronnas, Ain). Prix : 12,90€ ttc

L’auteur sera en dédicace chez des libraires où vous trouverez aussi les livres des Nautes de Paris :
Picard et Epona, rue Séguier : jeudi 6 avril à 18h
Gibert Jeune, place Saint-Michel : samedi 8 avril, 15h-17h, pour l’ensemble de ses publications
Librairie Henri IV, métro Sully Morland : le jeudi 20 avril à 18h

A lire également notre livre de Rallye et balade sur les pas de la 2e DB :  Paris, la Libération en marche (Les Nautes de Paris 2016)

Les abris sont aussi au coeur des chansons de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

 

Rencontre avec l’auteur :

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires