Salles de spectacles disparues

A Montmartre : La Boîte à Fursy voisine du Bal Tabarin de Bosc

Le chansonnier Henry Fursy directeur et animateur du Tréteau de Tabarin va après le décès de Salis (1897), reprendre les locaux du Chat Noir arrivés en fin de bail. Salis le créateur du Chat Noir s’était installé au 12 rue Laval en 1885. La rue a pris, en 1887, le nom du compositeur Victor-Massé décédé en 1884.

Fursy qui a quitté le Tréteau de Tabarin a donc créé en 1899, rue Victor-Massé, le cabaret : La Boîte à Fursy.

Après son départ, Le Tréteau de Tabarin a périclité et s’est retrouvé en difficulté financière, puis en faillite. Fursy va, alors, racheter le local et y déménager la Boite à Fursy, installant son enseigne au 58, rue Pigalle.

La Boîte à Fursy rue de Clichy, a remplacé le Tréteau de Tabarin et a  pour voisin le Bal Tabarin, dont l'entrée principale est rue Victor-Massé.

La Boîte à Fursy rue Pigalle, a remplacé le Tréteau de Tabarin. Elle a pour voisin le Bal Tabarin, dont l’entrée principale est rue Victor-Massé.

Cette partition pour le piano est illustrée par Clérice Frères. Cette nouvelle danse montmartroise, composée par Auguste Bosc a obtenu, le 1er prix d'honneur au grand concours de danse matinée du 20 avril 1907 au théâtre Sarah Bernhardt.

Cette partition pour le piano est illustrée par Clérice Frères. Cette nouvelle danse montmartroise, composée par Auguste Bosc a obtenu, le 1er prix d’honneur au grand concours de danse matinée du 20 avril 1907 au théâtre Sarah Bernhardt.

La Boîte ainsi que la surnomme la presse est un endroit fréquenté par tous ceux qui veulent faire la fête.
La mode était, alors aux concours. Ainsi dans la revue hebdomadaire illustrée, des concerts, théâtres, cabarets artistiques et music-halls  Paris qui Chante , on peut lire, l’annonce d’ un grand concours de chanteuses mondaines, organisé à La Boîte à Fursy, le samedi 26 décembre 1903.

La rue de Clichy attire les fêtards

C’est ainsi qu’en 1904, au n°36 rue Victor-Massé, le compositeur Auguste Bosc va ouvrir le Bal Tabarin.

En fait l’établissement va occuper tout l’angle entre la rue Pigalle et la rue Victor-Massé et sera ainsi voisin de la boîte de Fursy qui pour beaucoup restera encore et pour longtemps, le Tréteau de Tabarin.

Le Bal Tabarin quant à lui est un bal typiquement Montmartrois.

En ce début de XXe siècle, on y faisait toutes sortes de concours dont des concours de mollets. Les femmes dansaient la Tabarinette, primée en 1907.

Le Bal, accueillera, en 1915 et jusqu’en 1921, la troupe du Moulin Rouge, détruit à la suite d’un incendie, et son French Cancan.

Documentation et illustrations : collection des Nautes de Paris.

Commentaires

Laisser mon commentaire

Notre boutique en ligne

Boutique

Les libraires partenaires